Consulat général de Belgique à Jerusalem

Histoire du Consulat

En 1850, la Belgique dispose déjà d’un réseau de Consulats honoraires en Syrie, province de l’Empire ottoman (Beyrouth, Jaffa, Tripoli et Saint Jean d’Acre). Le Consulat honoraire à Jérusalem est créé en 1851, ayant comme but principal la reconstruction des monuments de Godefroid de Bouillon et de Baudouin de Flandre dans l’église du Saint Sépulcre. Sur proposition de la Légation à Constantinople, le premier Consul honoraire à Jérusalem est le Comte Pizzamano.

Après le décès du Comte Pizzamano en 1860, il faut attendre jusqu’au 1908 quand le gouvernement belge nomme Consul honoraire un chirurgien italien, le docteur Mancini. A ce moment il y a trois Consulats de Belgique en Palestine : Jaffa, Haïfa et Jérusalem.

Au début des années 1920, le Vatican envisage l’établissement dans la Ville sainte d’une Commission Permanente Catholique dont feraient partie les consuls des pays catholiques. Le gouvernement belge estime que la Belgique ne doit pas être tenue à l’écart de cet organisme. Un Consulat de carrière est créé à Jérusalem et confié à un diplomate belge : J.H.A. Verbruggen. En 1926, le Consulat de Carrière est remplacé par un Consulat honoraire à cause des raisons budgétaires.

Pendant la deuxième guerre mondiale, le 1 mars 1941, le diplomate de carrière T.J. Clément ouvre le Consulat Général de Belgique à Jérusalem qui depuis lors est dirigé par des diplomates de carrière belge.

Les évènements historiques de 1948 et 1967 modifient la circonscription du Consulat Général à Jérusalem. Dans le cadre du plan de partage de 1947, tel que prévu par la résolution 181 de l'Assemblée générale des Nations Unies, Jérusalem est désigné comme un Corpus Separatum, une enclave séparée sous juridiction internationale. La juridiction du poste reprend ce statut particulier, même si le plan de partage n’a jamais été appliqué. A partir de 1948 le Consulat général devient aussi responsable pour ce qu’on appelle aujourd’hui la Cisjordanie. En 1967, après la guerre de six jours, la bande de Gaza est adjointe aux attributions du Consulat Général.

En conséquence, la compétence territoriale du Consulat général comprend l’ensemble de Jérusalem et les territoires occupés par Israël en 1967 (la Cisjordanie et la bande de Gaza). Cette juridiction lui attribue une position particulière qu’il partage avec les huit autres consulats généraux à Jérusalem qui relèvent directement de leurs capitales respectives.

Après la conclusion des accords d’Oslo en 1993, une activité supplémentaire est conférée au Consulat Général qui devient la représentation politique de la Belgique auprès de l’Autorité palestinienne nouvellement créée. Les relations diplomatiques avec l’Etat d’Israël relèvent du domaine exclusif de l’ambassade de Belgique à Tel Aviv.

Depuis 2008 le Consul général est également le représentant permanent auprès de l’UNRWA, le programme des Nations unies pour l'aide aux réfugiés palestiniens.